« L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau. » - Alexandre Vialatte

Journal du Arles

Juillet 2020 : hors-série distribué avec amour par Wipplay.

Journal du Arles Juillet 2020 : hors-série distribué avec amour par Wipplay.

Arles es-tu là ?Par Sacha Goldberger

« Ligne Arles. Paris, juillet 2020 »
Par Sacha Goldberger
« Fondation Luma, version Tour Giralda. Paris, mai 2018 »
Par Thierry Bouët
« Louise et le cheval. Chamboulive (Corrèze), 2017 »
©Galerie Le Réverbère, Lyon Par Julien Magre
« Jumelage sans papier de la rue Berton à Paris avec la rue Fréderic Mistral à Arles. Paris, 2019 »
Par Thierry Bouët

Un festival qui n'existe pas

L'humeur de Brigitte Patient

Ce qu’est mon édito ? Un édito pour une communauté qui ne se retrouve pas, pour une profession sinistrée. Un édito pour les arlésiens privés de travail. Un édito noyé dans les expositions virtuelles, les podcasts, les mails qui disent « nous sommes encore vivants ». Un édito perdu, pour un ministère de la culture sourd et aveugle. Un édito SOS.

Ce que pourrait être mon édito ? Un édito ensoleillé dans les rues grouillantes de photographies. Un édito à une terrasse de café où les photographes rencontrent des directeurs d’agences, des iconographes, des directeurs de festivals, de centre d’art contemporain photographique, des responsables de réseaux, de collectifs, de journalistes de la presse écrite, de la radio, de la télévision. Un édito pour les moustiques sur une place carrée. Un édito à 40 degrés dans des lectures de portfolio. Un édito pour les éditrices, éditeurs de livre de photographes qui font des choix, produisent des livres, des revues, des magazines. Un édito pour les soirées chics qui donnent l’impression d’être privilégiés. Un édito pour les agences, les collectifs qui crient leur travail dans les cours arlésiennes. Un édito pour se rencontrer et organiser une profession. Un édito pour ne plus jamais entendre quelqu’un du monde de la photo dire : « c’est quoi Stimulatania ?». Un édito pour éduquer les gens de peu et de pouvoir à l’image, à Paris, en région, dans le creux de nos campagnes. Un édito pour se grouper, se syndiquer, se défendre. Un édito pour ne plus être seul dans « le monde de la photo ». Un édito que j’aurais aimé dire à la radio.

- Paris, 2020
Annonce ©Sacha Goldberger
Annonce ©Idée originale Rémi Noël
Annonce ©Idée originale Rémi Noël

Entendu à Arles

« Quand tu fais le tour des expos, y'a quand même certains photographes qui se touchent... »

Place de l'Archevêché, le 2 juillet 2018

« Je vais me réinitialiser au bord de la piscine. »

Hôtel du Forum, le 5 juillet 2018

« Martin Parr, c'est un peu le Karl Lagerfeld de la photographie. »

Au Tambourin, le 4 juillet 2016

« Allo ? Je suis en short à "Mauvais genre". Tu peux me prendre un parapluie ? »

Église Saint-Sauveur, le 4 juillet 2016

« Faudrait que je bosse à la lumière du jour, c'est moins lourd à porter. »

Aux Ateliers, le 2 juillet 2017

« Vous êtes là dans 5 mn ? C'est trop long laissez tomber. »

Au téléphone, par un conducteur taxi-vélo Taco&Co, le 3 juillet 2019

« J't’embrasse pas J‘dégouline. »

Au Cosmos-Arles Books, le 5 juillet 2017

Nul si pas découvert !

Une image à découvrir, une expo à retrouver.

©LUO YANG Yao Ezi, Série Youth. Beijing, 2019. Exposition “Girls and boys”. Prévue au Jardin.
©PIETER HUGO Le cadeau de mariage, Juchitan de Zaragoza. 2018. Exposition "La cucaracha". Prévue à l'Eglise Sainte-Anne.
©STÉPHAN GLADIEU Une famille pose dans le zoo central de Pyongyang, Corée du Nord, Pyongyang. Juin 2017. Exposition "République Populaire Démocratique de Corée, portraits". Prévue à la Chapelle Saint-Martin du Méjan.
©LUO YANG Yao Ezi, Série Youth. Beijing, 2019. Exposition “Girls and boys”. Prévue au Jardin.

Un faux
ou
Intox ?

Les Filles de la Photo soulagées par la nomination de Christine Wiesner à la tête des Rencontres. "Enfin ça bouge" soufflent-elles. Face au Covid, Maja Hofmann rassure : "Venez au LUMA, ma tour Gerhy". Franck Riester aurait fait quelque chose. Privé d'école, le collectif MYOP installe expos et tireuse à bière dans la cour de l'Ecole Militaire. Manuel Rivera-Ortiz, prochain "parrain" des Rencontres ? Reconversion inédite : Antoine d'Agatha photographie votre mariage. Cérémonie, cocktail et nuit de noces incluse. Face à la crise, les Éditions Textuel se rebaptisent "Sexuelles". "Le chiffre d'affaires devrait doubler d'ici la mi-septembre" confie Marianne Théry.
Martin Parr aurait démarré une collection de masques. La nomination de Marta Gili à la tête de l'ENS serait une erreur. Un surnom circule déjà : la mâle nommée. Les agents de propreté d'Arles peuvent déjà poser leurs congés d'été : cette année, aucun affichage sauvage envisagé sur les murs. Le Prix Pictet sera remis le 14 juillet prochain au camping des Flots Bleus. Au menu, buffet campagnard. C'est Philippot qui régale. Françoise Nyssen reste introuvable. Dernière apparition publique lors d'un dîner avec Araki place du Forum. L'abbaye de Montmajour, nouvelle annexe de la mairie de De Carolis.

Entretien avec Mat Jacob (Tendance Floue)

Sur l’exposition “Ville – Mondes”, prévue au Capitole.

Quel est l’origine du projet "Ville - Mondes" ?Le point de départ est une commande confiée à Tendance Floue depuis 2013 : l’illustration des City Guide Vuitton. Soit près de 55 reportages réalisés, selon un cahier des charges très concret avec une liste de lieux touristiques à couvrir. En aparté, nous avons constitué un stock d'images détaché de la commande initiale pour développer un autre projet avec les Editions Vuitton : l’ouvrage Cities on Earth. Bien loin du documentaire, ce livre est une narration sensible qui parcourt les humeurs de la ville. Ses pages ne présentent pas de lieux spécifiques traités par un auteur, elles donnent à voir la joie, la mélancolie, la noirceur de la ville. New-York se colle à Tokyo qui se colle à Shangaï qui se colle à Paris...

« Pour tirer les vers du nez de la ville. La rendre folle, violente, amoureuse. »

L’exposition Arlésienne devait prolonger le propos du livre ?Cette exposition souhaitait revendiquer encore plus de liberté. Chez Tendance Floue, nous avons cette prétention un peu con d'être auteurs, de chercher à bousculer notre regard. Avec Olivier Culmann, nous avons épluché le fonds en ressortant les images “interdites”, notamment nos auto-censures. Il nous a fallu élaguer, garder les meilleures pièces pour dérouler des fils plus denses. Autoroutes volantes, visages perdus, géométries folles... Notre envie : tirer les vers du nez de la ville. La rendre folle, violente, amoureuse. Cinq thèmes devaient rythmer l’exposition et proposer aux visiteurs une véritable immersion, une plongée presque psychanalytique dans la ville.Comment aviez-vous pensé la scénographie ?Aucun tirage papier, mais énormément d’images projetées sur des écrans. L’enjeu était d’occuper le grand volume du Capitole, décomposé en 2 ou 3 pièces. Nous pensions même abattre une cloison, des discussions étaient en cours avec le propriétaire. Pour provoquer l’immersion, des rétro-projections du sol au plafond étaient prévues, avec des écrans thématiques. Nous avions tout juste commencé à travailler avec le collectif Soundwalk Collective. Ces collectionneurs de son allaient pousser l’immersion, rythmer le flux des images. Les photographies provenant du mur, les gens auraient pu déambuler dans le volume comme dans une ville. L’installation ne verra malheureusement pas le jour, en tout cas pas cette année. Pourrait-elle se faire une place aux Rencontres l’an prochain ? Rien n’est moins sûr. Mais ce serait pas mal, pour les 30 ans de Tendance Floue.

Arles en 10 mots

Terrasseexpordvexpoterrassetranspivernissagemoustiquerosédodo - Anne et Marie (MOE)
CommeFestivalCannespourphotographiesansrecettes - Thierry Bouët
Retrouvercomplicedînersousplatanes Florence Bourgeois
Rosétalonsaubephotocoursombragéesjournuitnuitjour - Caroline Stein
Voirboiretirerprendrephotoscoupsscoopscoupes - Olivier Culmann
Echangerencontresurprisedécouverteimagecouleurcommunautéamitiéchaleurrosé - Lee Shulman
soleilsplendeurartpastisruellescréationrendez-vousamisrévélationsplaisir - Aurélie Wacquant
shoppingnouvelle robeété Marion Hislen
Voir une autre série

Petites annonces

MOE, Museum Of Everybody, jeune assoc rech partnrs & mécènes pr proj décal avec eqp fun. Communauté yng artist photo vidéo en construct. Idées plein la tête ms pas ss en poche. Bcp d’options poss. : expos, résid, pop up, DA, apéro… ni self def dem ni brt poss. Travail rapid, effic, polyv & sérx. Gin tonic included. S'adr à Mr Lee [email protected]

50 ans +, parisienne, orpheline, résidence secondaire sous une verrière, bientôt à NY, cherche nouvelle âme soeur pour brainstormer, déjeuner, voyager, rire, apprendre, boire, phosphorer, écouter, dénicher… Homme de préférence, pour un zeste de testostérone dans une équipe 100% féminine. Goûts éclectiques, pas de critères esthétiques, grincheux s’abstenir ! Envoyez mail : [email protected]

Collectif de photographes rech. chargé(e) de projets culturels. Missions : accompagnement des auteurs, valorisation de leurs expositions, recherche de résidences, nourriture du chat, arrosage des plantes, manipulation du transpalette, gestion des égos, expérience souhaitée en tire-bouchon, capacité d’adaptation et d’agilité souhaitable. Exclusivité intégrale et disponibilité totale. Postulez directement sur Jobdereve.com

URG. Maison de la photographie aux ambitions transfrontalières rech : dactylo - assistante administrative et de direction. Stagiaire bienvenue. Missions : Réponses à ttes les demandes reçues depuis mai 2018 / MAJ de la BDD de photographes émergents (10 ans de dossiers à traiter). Candidatures françaises s'abstenir (seulement 2% de retenus).

Horoscope

Cancer : Le covid vous a piqué la vedette. Faites profil bas. Lion : Politique et bon élève, comme Sam Stourdzé, vous enfourchez le tigre. Ou le Tibre. Vierge : Pensez à votre pomme sans vous poser de questions. Anne Clergue a bien lancé son festival en solo. Balance : Audacieux, vous passerez bientôt à la couleur. Pour info l'architecte de l'Arlatan donne des cours. Option "saturation". Scorpion : Vous affrontez les années sereinement. La cinquantaine des Rencontres est plus douce à vivre que la quarantaine. Capricorne : Cette année, on enlève les e. On ne dit plus Christophe, on dit Christoph. On ne dit plus Arles, on dit sarl. Sagittaire : L’air s’agite. Arles, c’est du vent ? Verseau : Patrick de Carolis recherche son portraitiste officiel. Rusé, vous photographiez les vieilles pierres arlésiennes tout l'été. Poisson : Solidaire, vous commandez un pastis au Nord Pinus. Livraison sous 48h. Bélier : Photographier les gens masqués ne fera pas de vous Charles Fréger. Taureau : Arles annulé ? Bullshit ! Gémeaux : Privé de Pastis cette année, vous testez le jus "épinard, céleri". C'est bien, vous aurez la ligne sous la verrière en novembre.
Annonce ©Studio Furious, Premium Bazar

Jeu des 7 différences

Saurez-vous les trouver ?

©ABM Studio / Photographie : Stephan Gladieu / Sur une idée originale du MOE

L'équipe Wipplay remercie tout particulièrement : ABM Studio, Clara Bastid, Florence Bourgeois, Thierry Bouët, Gaël Clariana, Olivier Culmann, Marie Delaunay, Olivia Delhostal,Thierry Fortin, Stephan Gladieu, Sacha Goldberger, Marion Hislen, Martial Hobeniche, Mat Jacob, Patrick Le Bescont, Julien Magre, Remi Noël, Martin Parr, Brigitte Patient, Anne Pizet, Elise Plus, Marc Riboud, Lee Shulman, Caroline Stein, Sam Stourdzé, Fred Stucin, Studio Furious, Clémentine Sémeria, Taco&Co, Aurélie Wacquant.

Merci à tous, merci aussi à ceux qui auront lu le journal jusqu'ici. N'hésitez pas à le partager autour de vous. En attendant de boire un verre place du Forum, on vous invite à passer une tête dans nos nouveaux bureaux, Carrefour de l'Odéon !